Le Tirailleur Républicain

Les Chroniques d'un TZR, V5.1 : "Le Tirailleur et l'ordre de la Réactitude, le Saut sur Largny"

 

Les Chroniques du Tirailleur, V5.1 : « Le Tirailleur et l'ordre de la Réactitude, le Saut sur Largny. »



Résumé de l'épisode précédent : Bravant les souvenirs amères de l'an passé, notre commando TZR a consécutivement opéré sur ses zones de combats précédentes, encore jonchées par les cadavres de la pensée...ravivant de çi de là les blessures encore fraîches...avant de revenir au bercail pour de nouvelles aventures en novembre...





Bien des combats et moultes sentences acerbes jalonnant ce chapitre des aventures-TZR du Tirailleur, le dit chapitre sera divisé en plusieurs parties pour faire durer le plaisir et moins saouler le lecteur...



V5.1 = «  Le Saut sur Largny »



En cette période de novembre, où le soleil se fait rare, et la nuit se fait omniprésente, tous bon commando TZR en terre picarde doit avoir ses « indics ». Ainsi faut-il se tenir au courant de la progression des troupes ennemies entre TZR, et contrer ce satané effet de surprise qui désarçonne plus d'un TZR et fragilise son intervention.



Ce rôle d'indic hors paire, ce fut Rolandino el Magnifico qui le tînt en informant très tôt Le Tirailleur qu'il risquait de devoir opérer une intervention d'urgence sur la Drop Zone de Largny. Ce secteur souffrait depuis le début de l'année de la défaillance de son unité permanente pour cause sanitaire...et le vaillant TZR béarnais Rolandino s'était vu attribué la lourde tâche d'enrayer la progression des colonnes collégiennes à cet endroit du front picard. Il avait fait son devoir avec application et s'était taillé une réputation parmi les rebelles encore actifs dans la région. Malheureusement, l'unité TZR Rolandino fût, pour d'obscures raisons, appelé ailleurs...laissant la place à votre serviteur.



Une fois mis au courant, le Tirailleur en informa le secrétariat de son collège du sud de l'Oise...pour la forme car la secrétaire remplaçante se révélera être une incompétente plaie...et effectivement quelques heures après, la nouvelles officielle tomba : le Tirailleur devait immédiatement sauter sur Largny et assurer la protection des jeunes collégiens restés fidèles à l'Education Nationale dans ce secteur d'opération difficile.



Le Tirailleur prépara son paquetage, et alla demander des information sur la nature du terrain de sa prochaine Drop Zone auprès de Rolandino. Ce dernier lui fournit nombre de tuyaux sur les pièges à éviter, sur les habitudes des autochtones et la manière de s'adresser à eux, et lui donna même les munitions spéciales géographie qui lui restaient. Le Tirailleur n'avait jamais été aussi bien équipé avant un saut dans l'inconnu !



Beaucoup d'appréhension avant d'être lâché sur ce nouveau théâtre d'opération. En effet la zone est de notoriété publique réputée difficile.


Pourtant, dès le début, les défenses adverses se montrèrent molles et le Tirailleur put effectuer assez convenablement ce pour quoi il est payé ! A noter, l'appréciable présence d'une direction des opérations, manifestement compétente et humaine, ce qui est assez peu commun pour être souligné ! Aussi la flopée des 6èmes et 5èmes devant lesquelles le Tirailleur dispersa son savoir se tînt tranquille...ce qui ne fût pas le cas pour certaines unités présentes aus ailes du Tirailleur.


C'est ainsi qu'il vu de près ce que l'on appelle communément une « prof en souffrance »... pauvre prof d'anglais, la cinquantaine dépressive, manifestement malade et exténuée, qui se laissait régulièrement déborder et bordéliser à mort. Et là _ça fait doublement mal.

Mal pour elle, car se faire jeter des chaises dessus...par des 4èmes...c'est un peu dur.

Mal pour soi, car on se dit au même moment, mais purée pourquoi elle ne dit rien, c'est pas possible un truc pareil, il faut intervenir sinon ce n'est même pas la peine d'espérer une seule seconde se faire respecter par ces ptis cons en puissance !!!


Quoi qu'il en soit, un pti rapport et c'est repartit. La dite prof en souffrance devait bientôt se faire inspecter...sans doute pour se voir mettre en congé maladie longue durée... Même si cela se passait bien dans mes classes...je remerciait l'Être suprême de n'être pas tombé sur des 4èmes...



A retenir également de ce séjour, l'élève le plus « tebé » de ma jeune carrière, un truc incroyable...un truc du genre :


« tu te fous de ma gueule al husseyni ? »

« Mais non Monsieur, je comprend pas ! »,


... et toute la classe me certifiant que le pauvre diable ne le faisait pas exprès ! Je n'ai plus d'exemple précis en tête, mais c'est le genre d'élève qui vous multiplie par 10 le temps passé sur un document si vous vous entêtez être certain qu'il comprenne tout... Allez, vous voulez une perle, et bien c'est du genre :


« Richard, où a été prise cette photo ? »

« Euh...(30 secondes après) C'est pris à doc photo 1997 »


...ok ça va aller on passe à la question suivante...

Quoiqu'il en soit cet élève « aux frontières du réel » était sommes toute assez attachant et pas du tout méchant (au contraire de beaucoup qui tellement dépassés par l'école deviennent de petites frappes...).


Un petit tour of duty et s'en va, puisque à l'orée de ma 4ème semaine de remplacement...j'arrive tranquilou au collège le lundi aprem... ça sonne...c'est à moi d'entrer en scène, je me dirige vers ma classe de 5ème...et voit une personne devant ???


« Purée ! Je l'savais bordel de Joder ! »

La prof en maladie était revenue sans rien dire à personne ! N'importe-quoi !


Et ce fut le retour à la base...pour de nouvelles aventures dans le 2ème chapitre du Tirailleur et l'ordre de la réactitude...




16/03/2009
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres


Recommander ce blog | Contact | Signaler un contenu | RSS | Espace de gestion